Go Down

Topic: vendre un croquis arduino : est-ce ethique ? (Read 1 time) previous topic - next topic

elektrax

bonjour,

une revue commerciale vend, en telechargemment,  certains croquis arduino pour les schémas décrits dans les pages de leur revue, telechargement gratuit pour les abonnés à la revue.

çà me fait un peu tiquer : ils utilisent les biblios gratuites dont ils ne sont pas les auteurs, l'ide, pour écrire leur croquis, je ne trouve pas çà tres éthique.
d'autres, comme Hackable, livre les programmes gratuitement sur github
A votre avis ?

Merci

Artouste

#1
Feb 23, 2019, 12:57 pm Last Edit: Feb 23, 2019, 02:07 pm by Artouste
bonjour,

une revue commerciale vend, en telechargemment,  certains croquis arduino pour les schémas décrits dans les pages de leur revue, telechargement gratuit pour les abonnés à la revue.

çà me fait un peu tiquer : ils utilisent les biblios gratuites dont ils ne sont pas les auteurs, l'ide, pour écrire leur croquis, je ne trouve pas çà tres éthique.
d'autres, comme Hackable, livre les programmes gratuitement sur github
A votre avis ?

Merci
Bonjour
Là ça devient du "droit"
et en droit  Il faut savoir exactement de quoi l'on parle ! :smiley-mr-green:

SI ta revue  "vend/monnaye" en ligne que le seul .ino   ça peut AMHA  etre limite.

En revanche si elle vend en ligne l'article seul ,   qui lui te donne un accès (comme pour les zabonnés :smiley-cool: ) à pouvoir télécharger le .ino , je n'y vois rien de "répréhensible"

68tjs

Il me semble entendre le nom d'Elector.
M Banzi lui même affirme que ses cartes peuvent servir à des applications professionnelles, on en pense ce que l'on veut, perso ce serait impossible pour moi vu la piètre qualité des implantations.

Arduino n'est qu'une petite partie des logiciels qui tournent autour , ce qui fait l'éco système c'est les nombreuses bibliothèques que d'autres ont écrit gratuitement ou pour Adafruit ou Sparkfun pour pouvoir vendre leurs cartes.
Certaines bibliothèques sont totalement libres et on peut faire ce que l'on veut avec,  d'autres sont GPL.

On peut aussi dire que ces revues vendent du "conseil" et que les programmes  sont des applications des conseils, cela s'applique aussi aux  éditions diamond pour Linux, dont la revue Hackable.

C'est le coté pratique, il y a aussi le coté moral, et sur ce coté je trouve Elector complètement immoral, je feuillette de temps en temps et je trouve le prix démesurément exagéré devant la qualité et la quantité des "conseils". C'est la pire face du "je fais du fric".  J'arrête là car le terrain devient glissant.



elektrax

revue langue anglaise uniquement, version papier ou numérique, si on l'achete en kiosque il faut payer 3$ pour avoir le croquis pour chaque article, évidemment la version "numérique gratuite" est disponible comme pratiquement pour toutes les revues mondiales ....çà c'est l'éthique de l'internaute qui est en balance....

al1fch

#4
Feb 23, 2019, 07:06 pm Last Edit: Feb 23, 2019, 11:17 pm by al1fch
Quote
je trouve Elector complètement immoral,
Elektor  s'est beaucoup dégradé depuis les années 80 quand le contenu était riche, parfois original, que les typons étaients dans les revues et qu'il ne vendaient que les circuits imprimés et des livres de qualité.
Le Web a fragilisé le modèle économique de ce genre de revues qui faisaient un bon travail de vulgarisation.
Je rends hommage aux revues de cette époque.

Sans Elektor (et Radio Plans.......)  je n'aurai probablement pas pu aborder les microprocesseurs SC/MP II, 6502, Z80.... Mon activité professionnelle était alors encore beaucoup trop frileuse pour utiliser ces composants.

Artouste

Elektor  s'est beaucoup dégradé depuis les années 80 quand le contenu était riche, parfois original, que les typons étaients dans les revues et qu'il ne vendaient que les circuits imprimés et des livres de qualité.
Le Web a fragilisé le modèle économique de ce genre de revues qui faisaient un bon travail de vulgarisation.
Je rends hommage aux revues de cette époque.

Sans Elektor (et Radio Plans.......)  je n'aurai probablement pas pu aborder les microprocesseurs SC/MP II, 6502, Z80.... Mon activité professionnelle était alors encore beaucoup trop frileuse pour utiliser ces composants.
Bonjour
Meme avis , je cale aussi le "tournant" vers 1980/85
Elektor et radio plans etaient les revues incontournables pour moi à l'epoque où j'etais encore "jeune padawan"  :smiley-mr-green:



Elektor avait aussi capitalisé AMHA contrairement à radio plans avec quelques différences notables :
-Les numéros doubles d'été



- La rubrique "tort d'Elektor"
-- pour les jeunes 8) : c'etait une epoque ou internet (et sa reactivité) n'existait pas
Il n'y avait rien de plus frustrant que de se lancer dans une realisation (avec tout ce que cela comportait en terme de delais, d'approvisionnement, etc) qui au finale ne debouchait pas , parce qu'il y avait eu un/des loupés dans l'article.


Elektor avait lancé une "rubrique : le "tort d'elektor" qui consistait à répondre aux loupés constatés dans les numeros precedents.


C'etait souvent/toujours la 1ere rubrique que je lisais "à la maison de la presse" avant même de payer le numéro ,et avec plaisir surtout lorsqu'il y avait "un rectificatif" concernant un montage que j'avais laissé en plan pour cause de "samarchpa" :smiley-mr-green:



-La serie des bouquins 30x  , je me suis arrêté au 305
j'ai toujours pas loin , le 302 "que je dois connaitre par coeur"
et qui a bien vécu

trimarco232

j'ai souvent pensé qu'elektor, du temps de sa splendeur, en tant que revue hollandaise, était conseillée du moins influencée, par les ingénieurs de chez philips, d'où une meilleure qualité et une avance technique par rapport aux autres
c'était mes livres de chevet

en tant que revue européenne, ils ont pris le virage de laisser un peu les pics pour donner la majorité aux avr dans leurs projets à µP

mais comme dit, internet est passé par là, on trouve tout ce qu'on veut pour moins cher ou pour rien
donc moins de revenus pour la revue, un contenu rédactionnel appauvri, une parution qui n'est désormais plus que bimestrielle

donc je ne dirais pas qu'elextor cherche à faire du fric, mais qu'elle essaye désespérément de survivre

al1fch

#7
Feb 25, 2019, 10:26 am Last Edit: Feb 25, 2019, 01:24 pm by al1fch
oui et de manière symptomatique Elektor c'est associé à Circuit Cellar , revue américaine qui a un destin parallèle...

68tjs

Quote
donc je ne dirais pas qu'elextor cherche à faire du fric, mais qu'elle essaye désespérément de survivre
Ca me rappelle que dans les années 30 on subventionnait la flotte de pêche à voile au lieu d'aider les pécheurs à s'équiper de bateaux à moteur comme dans les autres pays.

trimarco232

on savait déjà qu'on n'aurait pas de pétrole  :smiley-mr-green:

pomme-poire

sur qu'internet ne fait pas les affaires d'Elector . Je me rappel du décodeur canal + sur elector....

elektrax

elektor a publié un decodeur canal + ?

La revue Radio Plans s'apprêtait à publier les schémas d'un décodeur
Canal+ dans son numéro 445 de décembre 1984, mais les numéros avaient
été saisis sur décision de justice.


pomme-poire

oui , elector avait publié un décodeur c+ .
il y avait 2 lignes à retard.
il fallait regarder si entre le top syncro et le départ du signale vidéo (de la ligne , pas de l'image!)il y avait 0, 1 ou 2 décalage.
et en fonction , il suffisait de diriger sur 0 , une ou deux ligne à retard.

ça donnait ça:




pour le son, c'était très simple : il suffisait de superposer une fréquence au signal audio.

Ce décodeur fonctionnait, j'en ai fait un. Je les avait acheté les elector. Je les les possédés.  

Il n'existait qu'un seule loi : toutes les ondes radio qui passent chez toi, tu avais le droit de les exploiter. Il appartenait  à celui qui ne voulait pas être écouté de crypter son signal.
Puis Mitterrand qui était pote avec le pdg de c+ est arrivé et c+ est devenu un état dans l'état, et ils sont intervenu mais trop tard, sinon, je ne t'aurais pas expliqué le fonctionnement. Ils on limité les dégâts mais tous les bon électronicien avaient pigé et fabriqué leur propre décodeur.
La déontologie me fera taire l'aspect mercantile.  

Bon, avec un oscilloscope, on voyait très bien le top ligne suivi de 0, 1 ou 2 espace avant le départ de la ligne.
J'ai également fait (mais pas inventé) un décodeur c+ quand il sont passé en numérique qui a fonctionné pas mal de temps, puis la suite tu la connais.
Très intelligent Mitterrand,  en créant le CSA, il savait que mettre des fonctionnaires dans le circuit verrouillerait tout, tu demande à un haut fonctionnaire de te poser une serrure sur ta porte d'entrée, il embauche 80 personnes aux frais du contribuable et tu ne rentre plus jamais chez toi!
Et il avait raison visiblement.

Par la suite,je te copie le texte c'est plus simple :
Une personne physique possède le droit d'utiliser un logiciel de cryptographie capable de crypter avec une clé supérieure à 128 bits sans avoir à le déclarer. Par contre, pour une entreprise, il faut obligatoirement déclarer le logiciel (il ne s'agit pas d'une demande d'autorisation, juste une déclaration).
tu comprends pourquoi !
 dsl pour les fautes pas le temps de relire

al1fch

#13
Mar 09, 2019, 09:29 pm Last Edit: Mar 10, 2019, 12:13 am by al1fch
Bonsoir

Le  schéma de la revue Radio Plans à circulé à partir de numéros ayant échappé à la saisie .. je l'ai rencontré ;)  .....de même que sa 'concrétisation'


Le schéma le plus  ourant ccomportait  4  lignes à retard 470 nS analogiques, un 68705 SP3, qq transistors, un CD4060, un CD4053,  un TL074....
Le soft, en assembleur 6805,  était une merveille d'ajustement de timing.
Comme indique pomme-poire le décodage se faisait sur la base de la durée du piedestal de début de ligne.

Par contre, lecteur d'Elektor depuis le n°1,  je n'ai jamais vu leur schéma de décodeur C+

Artouste

#14
Mar 09, 2019, 10:26 pm Last Edit: Mar 09, 2019, 10:33 pm by Artouste
Bonsoir

Le  schéma de la revue Radio Plans à circulé à patir de numéros ayant échappé à la saisie .. je l'ai rencontré ;)  .....de même que sa 'concrétisation'

Idem pour le  montage qui permettait  l'auto-programmation du microcontrolleur 68705-P3

Le schéma du décodeur Radio Plans  comportait  4  lignes à retard 470 nS analogiques, un 68705 SP3, qq transistors, un CD4060, un CD4053,  un TL074....
Le soft, en assembleur 6805,  était une merveille d'ajustement de timing.
Comme indique pomme-poire le décodage se faisait sur la base de la durée du piedestal de début de ligne.

Par contre, lecteur d'Elektor depuis le n°1,  je n'ai jamais vu leur schéma de décodeur C+

T'es pas le seul :smiley-mr-green:

Jamais vu ni lu , elektor "dans le coup"


Faut pas oublier non plus que si internet n'existait pas "encore",  les photocopieurs eux existaient bien :smiley-mr-green:

Pour le son c'était basé basé sur une inversion de spectre (centrée vers 13KHz  de mémoire)  avec un compo "DIP" dédié

(J'ai la ref en tete mais  ça veut pas sortir pour l'instant  , doit y avoir  SO et se terminer par 41 ou 42 :D )



à l'époque j'étais jeune ingé en premier poste à Paris , et c'était un "secret de polichinelle" que de savoir où se fournir rapidement du kit global .
La plus réputée/fiable était  une boutique en haut du Bd du Montparnasse, (juste en face de la closerie des lilas  8)  ) et très proche du commissariat central du XIVeme :smiley-mr-green:



Les samedis elle ne désemplissait pas des clients "éloignés" ayant passé commande par téléphone pour réserver et payé d'avance par chèque ;D



Le deco C+ "underground" c'était à l'époque le cadeau de noel le plus...  tendance





Go Up