Faire un autocom pour 2 à 3 téléphone filaire

Bonjour, je cherche toutes aides utiles pour ce projet.
Mon principal problème est de “voir” lorsqu’un téléphone est décroché alors qu’on le fait sonner
Mon projet d’autocom ne doit pas modifier les téléphones qui seront branchés.

Connais-tu le protocole qui gère le déclenchement de la sonnerie ?

Probablement, sauf hasard bienveillant, personne ne le connait ici.

Les communications sont gérées par un comité international.
Auparavant il s’appelait CCITT (Comité Consultatif International Téléphone et Télégraphe, basé à Genève.
Ce comité émet des “Recommandations” qui sont en réalité des normes à respecter si on veut pouvoir interconnecter du matériel provenant de fabricants différents.
Il a changé de nom et s’appelle désormais UIT (Union Internationale des Télécommunications) ou ITU en anglais.
La partie qui traite du téléphone est ITU-T.
Ce que tu cherches est probablement dans la sous-partie G (mais par certain). De cette sous-partie G je ne connaissais personnellement que les recommandations concernant le transport sur fibre optique. En retraite j’ai des lectures plus agréables…

Il va te falloir faire un peu de recherche…
Attention les combinés sont numériques maintenant.

L’accès est le suivant :
https://www.itu.int/rec/T-REC/fr

Qu’est-ce qui fait sonner un S63 :phone: :notes: :question: une tension alternative ‘conséquente’ superposée au continu

https://www.sonelec-musique.com/electronique_realisations_ligne_tel_detection_sonnerie.html

… il ya filaire et filaire…le S63 est représentatif d’une génération de filaire

Le Socotel 1963 (S63) sorti en 1963 (Wikipédia) devait avoir un vibreur commandé par du 48V= fourni par le central.
Mais le 48V ne servait pas qu’à la sonnerie.
Je pense qu’il parle d’un téléphone actuel, pas d’un téléphone à pédale :grin:.

Il y a un autocom opensource “Asterix”, c’est probablement surtout du logiciel, peut-être voir la doc autour.

Bonjour, Merci déjà de vos messages, je me rend compte que je n’ai pas été suffisamment précis :flushed:
Ce que je veux faire c’est un système autonome style autocom qui me permet d’appeler un téléphone et de conversé avec la personne à l’autre bout par exemple d’une régie vers une scène et inversement.
Cela SANS aucune connexion vers une box ou autre système publique.
3 téléphones filaires (pas numérique) qui peuvent s’appeler est parfait.
Ces téléphones fonctionneraient SANS aucune modif. Tout ce passe dans l’arduino.
Sonneries = 48v alternatifs
En conversation = 12v continu
Pas besoin de confidentialité.
Pour passer d’une tension à l’autre il faut détecter le décrochage.
FT faisait cela en mesurant la différence d’intensité (consommation
)
Mais donc comment puis-je mesurer cela avec un arduino sur du 48v alternatif ?

Bonjour

Mieux vaut être précis et détaillé dans sa demande pour avoir des réponses ciblées !!

pour sélectionner le circuit de détection de variation d’intensité il faut préciser les deux valeurs à discriminer.
Il n’y a pas de solution universelle.
Selon la réponse un capteur de courant à effet hall peut, ou pas convenir

le lien vers le site sonelec-musique, donné plus haut peut aussi donner des pistes avec sa combinaison de redressement et photocoupleut

detection “numerique” de sonnerie “à l’ancienne” :wink:

une luciole neon + ldr

C’est donc pour des téléphones à pédales :grin:

En 1970 j’ai commencé à travailler (1 an) au niveau de la voie téléphonique, puis j’ai commuté sur les liaisons longues distance donc je n’ai pas eu le temps d’en apprendre beaucoup.

Je ne me souviens pas avoir entendu parler de 48 V alternatif.
Du 48 V haché oui, c’est-à-dire alternance de 0V et de moins 48 V : dans le central la masse était reliée au plus des batteries.
De l’alternatif : non. Cela dit je ne suis pas resté assez longtemps pour vraiment connaitre. Néanmoins, cela me surprend. À cette époque, il y avait encore beaucoup de composants électromécaniques qui étaient commandé par des relais de bobine “48V”.

J’ai un doute sur le moins 12 V, les souvenirs sont vieux, j’aurais dit moins 24 V pour l’électronique : mais c’était pour l’électronique située dans le central.
À l’époque nous n’utilisions pas de 2N2222 (NPN) mais des 2N2907 (PNP)

Il y a eu plusieurs générations de terminaux, le fameux S63 du début était fort différent du S63 de la fin.

Il faudrait déjà que tu possèdes les terminaux et qu’à partir des numéros de série, tu récupères les schémas électromécaniques pour pouvoir partir sur des bases saines.

l’alternatif pour la sonnerie, ça me dit quelque chose mais ça remonte loin…
j’ai joué avec des schémas de ce type et derrière il y avait du comptage de sonneries !!!
je ne connaissais pas le coup du néon…

https://dorper.me/ringdetect/
ring detector

Il me semble que ce principe date des téléphones à manivelle ou magnéto
En actionnant celle-ci sur son combiné on produisait la tension, superposée au 48V, qui actionnait la sonnerie pour attirer l’attention de la ‘demoiselle du téléphone’

Il faut dire que j’ai assisté à la mise en place de ce type de téléphone chez des grands parents pour remplacer ‘l’ancien modèle’ !!!
53

  • pas besoin de commutateur pour 2 téléphones
  • le 48v fait 53v
  • la sonnerie fait 75v 50hz, mais elle est résistive ; la détection se fait par un simple condensateur ; le 75v est fait par un onduleur à partir du 48v
  • le décrochage provoque le bouclage du circuit (fermeture de contacts), qui est détecté par le central (consommation)
  • la numérotation se fait par interruption cadencée de ce bouclage : le cadran provoque ces interruptions en tournant ; ce dispositif a été remplacé par un codage dtmf, qui se superpose aux tonalités et à la parole
  • la consommation, qui provoque la détection par le central, est faite par un micro à charbon : la variation de la résistance du charbon, induite par la pression acoustique, génère le signal analogique de la parole
  • la bande passante est limitée à 300-3400 HZ

bonjour
il y a surement qq trucs à piocher

Bonjour à tous, je vais regarder les différentes pistes que vous m’avez fournies, le dernier lien d’Artouste me semble fort intéressant.

Voici un petit rappel :
Décrocher un téléphone et entendre le “la” =OK
Composer un numéro DTMF =OK
Faire sonner le téléphone destinataire =OK
DÉTECTER le DÉCROCHAGE du téléphone qui sonne = problèmes
Mise en communication des téléphones= OK
DÉTECTION du RACCROCHAGE des téléphones=problèmes
Tout ceci bien entendu sur une ligne totalement privée et avec des téléphones style s63 avec dtmf ou pourquoi pas numérotation à l’ancienne.

Bonjour,
la détection du décrochage et du raccrochage, y a pas + simple ! : tu détectes le courant de consommation du téléphone décroché, et tu ne détectes rien quand le téléphone est raccroché