projet arduino anti buée

je voudrais par pur amusement fabriquer un boitier antibuée pour mes lunettes de vues
or je ne m'y connais pas vraiment

OUI ?

Bonjour,
Deux choses à prendre en compte :

  • la physique : calcul du point de rosée,
  • encore de la physique : la programmation Arduino.
    Où se situe ton problème ?
    @+

Bonjour,

Un petit lien pour ce qui concerne le point de rosée : Toutes les formations à distance en CVC et génie climatique

Je me sert en manuel de ces tableaux pour calculer le point de rosée pour mes télescopes et ainsi savoir quand mettre en oeuvre et a quelle puissance mes résistances chauffantes (rapport physique entre 2 températures et entre l'humidité relative en sorte...).

Si tu parcours les pages de ce sujet, tu trouveras, je penses, tout ce qu'il te faudra concernant les calculs a remporter dans ton projet.

Perso, je suis ton projet egalement car étant une bille au niveau arduino, cela m'intéresse bien. En effet, comme dis plus haut, je fait cela manuellement pour mes télescope avec 2 thermomètre et un hygromètre : ensuite, je règle mon système anti-buee.... C'est clair qu'un petit projet avec arduino (que je suis sur être possible vu tous les projet diffusés), la gestion de cela serait hyper simplifié car perso, c'est un peu prise de tête (je louche sur les écran de contrôle !!!!!

bonjour,
pour l’astro j’avais fait un projet http://forum.arduino.cc/index.php?topic=195588.0
il suffit simplement de mettre la fonction automatique en place, manque de temps pour ma part ou la flemme :slight_smile:

Très symp ton projet infobarquee

C’est bien ce que j’essayais d’expliquer dans mon message précédent.

Par contre, 1 ou 2 truc me tritouille l’esprit dans le projet proposé (nombre de point de prise de température et % d’humidité pris en compte…).

Je ne parle en aucun cas du cas du programme que tu proposes (néo que je suis aussi nul que je suis dans ce domaine)

Dans ton projet présenté, si j’ai bien compris, tu un delta entre une température et un % d’humidité.
Perso, le point de rosée, je ne le vois pas comme cela…

Pour moi, le point de rosée se compose au moins de 3 facteurs :
1 - la température ambiante
2 - le taux d’humidité ambiante
3 - la température de surface où le point de rosée apparaitra (lentille d’une lunette ou miroir pour un télescope).

Comme indiqué dans les tableau dont j’ai proposé les liens ci-dessus, les 3 interagissent ensemble.
Tu notes en constante (si j’ai bien compris que l’une de tes constante, celle du % d’humidité) doit être supérieure a 90%… OK, mais perso, il m’arrive fréquemment, avec 80/85% d’humidité d’avoir recours a la résistance chauffante sinon le dépôt de rosée est immédiat sur la lentille…

Enfin bref, voilà comment je dispose mes sondes (en manuel) :
Sonde n°1 : température ambiante (a environ 1 mètre du télescope)
Sonde n°2 : température “lentille” (ou miroir) (au plus près de l’un d’entre eux. Pour la lunette, bien souvent dans le “pare-buée”)
Sonde n°3 : hygromètre (a environ 1 mètre du telescope).

En me reportant au tableau, je vois si j’approche du point de rosée et donc n’augmente ou pas la puissance de ma résistance chauffante.

Avec un système se déclenchant qu’a partir de 90% d’humidité… C’est restreint… Non? (Ou encore, j’ai mal compris…). Il faudrait presque une reguil permettant d’ajuster la résistance (en puissance) des les 80% d’humidité :wink:

on déborde un peu sur le sujet, mais cela en fait aussi partie.

il faut prendre en compte la temp et l'humidité extérieure et la temp intérieur du parebuée.
le tout étant d'avoir une différence permanente de température d'un mini de 0.5C dans le parebuée pour ne pas avoir de buée sur la mirroir.
tout dépend encore du type de tube que l'on a, métal, carbon, etc...
le ventilo est là en plus pour mettre en surpression le tube pour éviter que l'humidité ne s'accumule dans le parebuée.

merci pour vos conseils des plus utiles j'en ferai usage j'avais déja penser utiliser le principe utilisé pour les télescopes par infobarquee mais savais comment réduire la taille des composants par rapport à mes contraintes techniques c'est à dire (alimentation, résistance )

est surtout que la résistance soit la moins gourmande en énergie

Pour ce qui est de la résistance, tu pourrais utiliser du fil resistif.

C’est tout fin et facile a manipuler. De plus, vu sa taille et selon la dimension que tu utilisées (dépendant de la valeur ohmique de ton fil), tu pourras aisément l’appliquer autour de tes lunettes :wink:

Ensuite, pour ce qui est de l’alimentation, peut-être un câble très souple, disposé au niveau des lunette comme les cordons classique que l’on trouve souvent avec les lunettes de ski ou de soleil. Relier d’un côté a la résistance (sur les branches des lunettes par exemple) et de l’autre côté a une pile type 9V pour avoir quelque chose très portatif (par contre, au niveau autonomie, va falloir calculer entre tes besoins et la conso de la résistance, car, avec une simple petite pile, niveau autonomie, cela risque d’etre un peu short…).

merci pour cette idée de cordon , c'est vrai au niveau de l'autonomie cela risque d'être short mais quelles sont les propriétés des fils résistifs ?

Tout dépendra la puissance que tu souhaite utiliser...

Suivant cette puissance déterminée tu pourras choisir le fil qui te conviendra le mieux.

Bien sur tout cela dépendra également de ta source d'alimentation.

Par exemple, pour des lunettes (diamètre petit, mais 2 verres a prendre en compte), on peut partir sur un diamètre moyen de 3cm par verre.
En générale, en astronomie, on utilise pas le "cm" pour déterminer cela, mais le "pouce" ( 1" = 2,54cm) et on part sur une puissance nécessaire de 1 watt/pouce (c'est une généralité :wink: ).
Si on prend 1 verre de 3cm soit 1,18" (3/2,54 = 1,18") on peut alors prendre une résistance entre 1 et 1,2 watt par verre, soit 2 a 2,4w au total.... Allez, pour simplifier et pour être large, on va prendre 2,5w pour les calculs.
Si on dis que le système sera alimenté sous 9V.
Le résultat pour choisir la résistance est le suivant :
En partant des formule de base d'électricité, P = U x I avec I = U / R donc P = (U x U) / R, donc R = (U x U) / P
La résistance devra être R = (9 x 9) / 2,5 = 32 Ohms.

Maintenant que la résistance est déterminée, faut aussi voir la circonférence des lunettes et la tu vois combien de tour tu devra faire avec tel ou tel fil resistif suivant ses caracteristique s et la longueur nécessaire.

Pour exemple, tu peux prendre un fil type 30 ou 31AWG ( 31,9 ohms/mètre), mais il te faudra enrouler 1 mètre de fil enroulé autour de tes lunettes. Un exemple ICI pour ce genre de fil.

Donc voilou, a toi maintenant de déterminer tes exigences et a trouver le bon fil en fonction de ton alimentation choisi et des dimensions qui te seront necessaires :wink:

Dernière petite info, au cas où :
Avec une pile 9V (en général 700 ou 800mAh) et ce système, tu tiendra environ (et surtout que théoriquement) environ 2 ou 3 heures avant que ta pile soit nase.... Mais pas la peine non plus que le système soit constement activé. Cela dépendra de ton activité (plus tu est actif, plus tu vas toi même dégager de la chaleur) et des conditions climatiques comme on l'as déjà vu avec les reponses de Infobarquee et les miennes précédemment.
Maintenant, pour des lunettes, je rejoindrai Infobarquee sur le système de ventilation.
Cela serait sûrement plus adapté a ton projet. Regarde bien les masques de ski.... Pour evaquer ou éviter la buée dedans, ils n'utilisent pas de résistance chauffante, mais de système d'aération donc de ventilation des surfaces....

En espérant que ma petit réflexion puisse t'être utile

merci pour vos conseils des plus utiles quelqu'un pourrait me renseigner d'avantage à propos de la ventilation de surface