Moteur P à P 2,6v 3A

Bonjour,
j'ai comme projet pour une installation artistique de fabriquer un levier mécanique (devant soulever des poids de plusieurs kilogs)
contraintes : vitesse variables (lente à rapide), couple, précision, fonctionnement silencieux
j'ai un moteur P à P de 2,6v 3A (cf photo ci dessous)
j'aimerai le faire fonctionner sur un arduino.
Mais je ne sais quel pont en H choisir, quel shéma, et quelle alimentation (sur la doc on dit bien 2,6v mais à ce que j'ai cru comprendre il faudrait alimenter un moteur PàP à 4 fois sa demande? ...)
j'ai cherché dans des shields pour PàP mais rien qui ne corresponde à ses besoins (3A et 2,6v)
j'ai notamment lu le très bon tuto de skywood à ce sujet, mais pas good pour ce moteur
en gros je ne sais pas comment faire ...
sauriez vous me guider?
je vous remercie d'avance pour l'éclairage que vous pourriez me donner

C’est un moteur de 2N.m, il aura du mal à soulever des kilos sans une forte réduction.

Il faut aller chercher dans le monde de la CNC .
On trouve des modules de commande chinois pas trop chers tel celui-ci :
http://www.cnc4you.co.uk/index.php?route=product/product&path=82&product_id=31
qui s’inspire de la référence en la matière :
http://www.geckodrive.com/geckodrive-step-motor-drives.html

En général les vendeurs de moteurs en proposent.

Ces modules se commandent par deux signaux TTL : STEP qui fait avancer d’un pas et DIR qui commande le sens de rotation.
Donc c’est assez facile.

merci,
2N.m ou vois tu cela?
oui effectivement on peut trouver ces driver pour une cinquantaine d'euros. (à voir comment avec arduino ça fonctionne ...)
mais n'y a t'il pas une solution avec un pont en H ? j'ai éssayé avec un L293d alimenté en 12v 40W, ça a un peu marché, mais le L293 chauffait grave...

helios86:
merci,
2N.m ou vois tu cela?

bonjour
300 Oz-in = ~ 2.12 N-m

Tu peux faire ton propre pont en H avec des mosfet ou des darlington plus costauds

300 Oz-in = ~ 2.12 N-m
ah ok! merci
est ce que ce darlington irait ?
TOSHIBA - TPD4125AK(Q) http://fr.farnell.com/toshiba/tpd4125ak-q/single-chip-inverter-b-dc-motor/dp/1715908
et sauriez vous m'indiquer un shéma de cablage

helios86:
j'ai cherché dans des shields pour PàP mais rien qui ne corresponde à ses besoins (3A et 2,6v)

Bonjour

voici un exemple de schéma pour un schield Arduino basé sur un L297 et des MOSFET de puissance :

Philomenale

Après je sais pas quel est ton projet et donc du cahier des charges exacte mais es-tu sûr que le moteur PaP est la seule solution ? Un moteur continu + un système d'encodage donne une très bonne précision et les vitesses/couples sont plus importants.

Ce schéma me fait penser à ma distraction favorite : la grillade de mosfet :stuck_out_tongue_closed_eyes:

Il faut assurer un Vgs suffisant au mosfet du haut, pour cela, il y a des "highside drivers" équipés d'une pompe de charge.
Tant qu'à faire autant utiliser un driver complet :
http://ec.irf.com/v6/en/US/adirect/ir?cmd=catProductDetailFrame&productID=IR2104STRPBF

Il faudrait aussi installer les résistances Rsense et les raccorder aux entrées du L293 pour avoir une régulation de courant.
Des diodes de roue libre rapides ne ferait pas de mal non plus.

Un exemple célèbre de mise en oeuvre d'un pont en H avec un arduino :
http://www.timnolan.com/index.php?page=arduino-ppt-solar-charger

Pour piloter un moteur de 3A, il faut penser 5A avec les radiateurs correspondants.
Pour un moteur 2,6V 3,7mH une alimentation d'au moins 24v sera necessaire 40 serait bien.

ok merci les gars!
étant newbie, je crois que j'ai pas mesurer la complexité de la chose avant de commander ce moteur ...
je me rends compte de mon erreur
si j'ai choisi un moteur Pap c'etait pour avoir un système similaire au servomoteur de modelisme mais beaucoup plus puissant, pouvant être précis, plus silencieux, et pouvant atteindre des vitesse d'exécution très rapide à très lente

alienboats,

je ne comprends pas tes remarques concernant le schéma, j’ai testé ce schield et il fonctionne très bien:

  • la masse étant commune le Vgs est suffisant
  • la diode de roue libre est présente sur le schéma même si elle déjà incluse dans le boitier du Mosfet

Concernant la résistance Rsense, dans le cas d’un moteur avec une faible tension et un fort courant, on peux choisir de ne pas la mettre sachant que le MOSFET utilisé accepte 16 A.

Après effectivement on peux faire mieux et plus sécurisé (et plus cher), mais si on veux réaliser un schield low cost de la surface d’un Arduino UNO c’est très bien.

Sans entrer dans des considérations trop compliquées :

  • dans un pont en H les commutations doivent être franches et rapides. Il ne faut pas risquer de se retrouver dans la situation où les deux fet (haut et bas) seraient conducteurs simultanément (ou bloqués simultanément).
  • quand le fet du bas est bloqué, le source du fet du haut est à la tension d'alimentation moins sa chute de tension drain source.
  • la chute de tension drain source esr inversement proportionnelle à la tension gate source
  • le fet va se trouver dans une situation instable, il ne sera conducteur que si il y a une chute de tension drain source suffisante pour que la tension gate source lui permette de conduire.
    En clair, on ne sera plus dans des conditions de commutation mais dans une zone linéaire avec des pertes par effet joule importantes.
    Vaseux n'est-il pas :smiley:

Cela fonctionne avec des courants faibles car les fets courants en boitier TO 220 ou similaire peuvent dissiper assez facilement quelques watt .
On perd tout l'avantage d'utiliser des fets performants (avec des Rdson de qq milliohm).
On ne pourra jamais utiliser un moteur PàP à ses performances nominales.

Pour les diodes, c'est une question de Trr 8)

"On the bench" tout fonctionne . Dans la vraie vie ça devient plus compliqué!

Les drivers de pont en H ne coûtent pas cher et simplifient bigrement les problèmes.
Celui dont j'ai donné la référence est un dil à 8 pins qui n'a besoin que d'un condensateur extérieur.
Il remplace deux dils à 14 pins de ton montage.

Je ne vois pas l'intérêt d'utiliser un L297 si on utilise pas la fonction de régulation de courant !
C'est son seul intérêt dans les petites puissances (< 2A) . C'est le seul moyen d'obtenir des moteurs des performances acceptables.

Sinon il est bien plus simple de brancher le moteur en unipolaire et de commander chaque phase avcec un ULN2xxx.

pourrais tu m'en dire un peu plus concernant le moteur en unipolaire et l'utilisation d'un uln..
car je vois pas bien comment passer les 3A, peut être existe t'il un ULN.. de ce type?

alienboats:
Pour piloter un moteur de 3A, il faut penser 5A avec les radiateurs correspondants.
Pour un moteur 2,6V 3,7mH une alimentation d'au moins 24v sera necessaire 40 serait bien.

Tu m'interesse : je construis une CNC en ce moment et j'arrive bientôt à l'elec. Pourquoi 24V ou 40V pour un moteur de 2.6V ?

alienboats:
Les drivers de pont en H ne coûtent pas cher et simplifient bigrement les problèmes.
Celui dont j'ai donné la référence est un dil à 8 pins qui n'a besoin que d'un condensateur extérieur.
Il remplace deux dils à 14 pins de ton montage.

On peux donc se passer du condensateur de filtrage d'entrée et des 2 résistances de sortie pour la commande du MOSFET ?

j'ai refait le schéma en suivant tes recommandations :

C'est pas très lisible sur le schéma, les MOSFETs sont des STP16NF06.

alienboats:
Pour piloter un moteur de 3A, il faut penser 5A avec les radiateurs correspondants.
Pour un moteur 2,6V 3,7mH une alimentation d'au moins 24v sera necessaire 40 serait bien.

Si j'ai bien compris, tu conseilles de multiplier par 8 (24v) la tension nominale du moteur(2,6V) en surveillant le courant (3A) pour avoir un plus fort couple ?

Je vais tester ta solution... (j'ai des moteur 1,6V / 3,8A , j'en ai un stock trouvé dans une déchetterie.)

@ B@tto

ce qui engendre le couple dans un PaP c’est le courant qui circule dans les enroulements.
(c’est à peu près pareil pour la plupart des moteurs à courant continu)
Les enroulements sont à la fois inductifs et résistifs.
Si on les alimente par une tension continue, il faudra veiller à ce que le courant reste inférieur ou égal aux spécifications.
La chute de tension sera alors égale à la tension nominale.
La charge est purement résistive, le moteur ne bouge pas (c’est pourquoi on parle de couple de maintien).
Dans les caractéristiques des moteurs on indique donc un courant max et une tension correspondante moteur bloqué.
On peut facilement en déduire la résistance du bobinage (U=RI) .
La limite d’intensité est fixée en fonction de la puissance (P=RI², transformée en chaleur) que le moteur peut dissiper avant de commencer à fondre.

Dès qu’on commence à commuter les enroulements, l’aspect inductif prédomine.
A chaque commutation le courant croit linéairement en fonction de l’inductance de l’enroulement et de la tension d’alimentation.

Plus l’inductance est élevée, plus le courant croit lentement
Plus la tension est élevée plus le courant croit rapidement.

Il y un document de référence qu’il faut absolument lire et essayer de comprendre :

Geckodrive donne une formule qui permet de déterminer la tension d’alimentation d’un moteur en fonction de son inductance :
http://www.geckodrive.com/support.html

@ Philomenale

Ton schéma tente de reconstituer un L298 en composants discrets.

Mais il lui manque la pompe de charge qui permet de créer une tension Vgs supérieure à la tension d'alimentation.

Ce ce qu'on trouve dans les drivers de pont en H .

Oups ! :*
le schéma avec les IR2104 et la régulation de courant, c'est celui là :

@Alienboats : Merci !

B@tto:

alienboats:
Pour piloter un moteur de 3A, il faut penser 5A avec les radiateurs correspondants.
Pour un moteur 2,6V 3,7mH une alimentation d'au moins 24v sera necessaire 40 serait bien.

Tu m'interesse : je construis une CNC en ce moment et j'arrive bientôt à l'elec. Pourquoi 24V ou 40V pour un moteur de 2.6V ?

c'est un projet que j'ai aussi en tete , mais pas d'actualité pour les mois à venir :grin:

ceci étant je m'y intéresse déjà (ce qui est fait n'est plus à faire :grin: ) j'ai vu que pour les motorisations/gestions déplacement des axes CNC "amateurs" il y a 2 écoles qui s'affrontent aujourd'hui :

celle des PAP (et leurs drivers) les premieres CNC DIY étant basée là dessus
et celle des moteurs encodés (avec encodeur axial en quadrature) tout autant avec leurs drivers.

et franchement chacune des motorisations semble avoir leurs avantages/inconvénients
tres humblement là, je ne sais pas bien discriminer , mais j'ai le temps de reflechir 8)