Un peut d'électronique

Bonjour,

J’essaie de bricoler un petit système d’arrosage automatique piloté à distance via mon Arduino Uno et une carte wifi ESP8266.
J’ai besoin de piloter une electrovanne 12v 3w et une petite pompe 12v 7,5w. La carte wifi ESP8266 est alimentée en 5v.

Pour la programmation je devrais arriver à me débrouiller en revanche mes cours d’électronique remonte à 15ans. Autant dire que j’ai tout oublié.
Je sollicite donc une âme charitable qui pourrait m’aider à réaliser le montage electronique et à calibrer tous les composants.

Le schéma joint représente ce que j’ai imaginé. Pourriez vous me dire ci ce schéma est correct? Pourriez vous m’aider à définir les valeurs de chacun des composants?

Merci d’avance

Bonjour,

Je ne vois pas d’erreur dans le montage, mais il reste quelques points à améliorer.

Sachant que les charges sont inductives il faut que tu fasse attention à bien dimensionner l’alimentation 12V sous peine d’avoir des brownout.

Je n’utiliserai pas de transistor mais plutot des mosfet P avec un circuit de commande.

salut

moi je serais plus pour utiliser un mosfet de type IRFZ , canal N.

de plus le IRFZ N gere le PMW.

donc 2 MOSFET IRFZ 9530 N (14amperes). sachant que ton électrovanne tire 0.25 ampere sous 12V. ta pompe elle tire 0.625 ampere .

tu as le choix soit 2 Mosfet soit 1 gros transistor pour la pompe et un autre moindre pour l'electrovanne.

En choississant MOsfet pourt la pompe tu pourra utilisé le PWM pour gerer la vitesse

Salut,

L'esp ne suffirait-il pas en lui même pour gérer ce système d’arrosage, sans avoir recours as un arduino?

"Sachant que les charges sont inductives il faut que tu fasse attention à bien dimensionner l'alimentation 12V sous peine d'avoir des brownout."

  • Trouver l’intrus :slightly_frowning_face: Heureusement qu'il y as des plugin de traduction^
  • A cela j'ajouterai la diode de roue libre a mettre sur chaque charge inductive.

Bonjour,

Effectivement l'intensité nominale est de 7,5/12 soit 625 mA et de 3/12 => 250 mA

Mais il s'agit d'intensités nominales, au démarrage l'intensité est bien supérieure, donc prévoir une bonne marge de sécurité. D'autre part dans le cas du schéma, il s'agit de transistors bipolaires ( la borne reliée à la masse doit être l'émetteur) donc une résistance en série avec la base est nécessaire.

Si on limite l'intensité des sorties arduino à 10 mA cela nous donne (5-0,7)/10 => vers 470 Ohms La résistance entre la base et la masse n'est, à mon avis, pas nécessaire.

Sinon, comme déjà indiqué utiliser des MosFET.

Une bonne idée serait, le temps de la mise au point du programme, de remplacer l'electrovanne et le moteur par des ensembles "résistance de 1 kOhm et LED en série".

Comme déjà dit, ne pas oublier les diodes de roue libre.

Serge .D

[Humeur] Grrrr les MosFets sont des transistors comme les transistors bipolaires et les transistors unijonctions (on les oublie toujours ceux là) [Fin mode Humeur ]

Clairement il faut surdimentionner pour prendre en compte les appels de courant au démarage. Si tu as la place un bloc alim 12 V 10A ou 20A ne doit pas coûter bien plus cher qu'un bloc 2 A, idem pour les transistors Mosfet.

Bien sur les diodes de roue libre absolument indispensables si tu ne veux pas tuer les transistor dès leur première utilisation.

Cas de l'ESPxy : Malheureusement il y a beaucoup de confusion sur les noms. L'esp8286 ne peut pas fonctionner seule, il faut lui ajouter la ram externe. Donc on trouve des modules avec un esp8286 et la ram, mais qu'elle valeur de ram et combien de sorties "accessibles" voilà une bonne question. Actuellement la gamme va de l'ESP01 à l'ESP12f

Peut tu nous donner les références EXACTES du module ESP que tu possède (ou une photo)

Point important avec l'esp8286 : il fonctionne en 3,3V et n'est absolument pas 5V tolérant. Donc il délivrera des signaux d'amplitude max 3,3V ce qui sera insufisant pour débloquer complètement un TRANSISTOR MosFet. La solution sera de passer par un transistor intermédiaire(obligatoirement bipolaire pour de débloquer avec seulement 0,7V sur sa base) ou un coupleur optique (qui aura l'inconvénient de tirer plus de mA sur la sortie du micro°

Dernier point : état à la RAZ du micro. Quand un micro avr Atmel démarre ces E/S sont en mode entrée haute impédance, je ne connais pas l'état d'un esp8266. Néanmoins dans tous les cas la position des E/S au RAZ (reset) du micro ne doit PAS provoquer un démarage intempestif de la pompe ou de l'électrovanne.

68tjs: [Humeur] Grrrr les MosFets sont des transistors comme les transistors bipolaires et les transistors unijonctions (on les oublie toujours ceux là) [Fin mode Humeur ]

68tjs, Le Zorro des transistor ;-)

yosupra: moi je serais plus pour utiliser un mosfet de type IRFZ , canal N.

de plus le IRFZ N gere le PMW.

Attention les IRF se commandent en 10V, en application Arduino il faut se tourner vers des modèles IRL conçu pour les applications TTL (logique 5V).

Jambe: 68tjs, Le Zorro des transistor ;-)

Attention les IRF se commandent en 10V, en application Arduino il faut se tourner vers des modèles IRL conçu pour les applications TTL (logique 5V).

ah non le irfz44 ou 34 leur gate est en 5v.

je l'utilise actuelemnt avec une radio commande rc pour gerer un moteur en pwm

yosupra: ah non le irfz44 ou 34 leur gate est en 5v. ............

Je viens de jeter un coup d'œil sur le datasheet :

-1 Le IFRZ44 est capable de commuter 50A à 25°C; mais la tension Vgs nécessaire est de 7V pour obtenir une saturation correcte. - 2 Si on se contente de commuter une intensité nettement plus faible (moins de 5A) alors le Vgs nécessaire n'est plus que de 5V - 3 Avec Vgs = 3,3V, il faut l'oublier ou bien comme le dit 68tjs utiliser un transistor bipolaire supplémentaire.

Compte-tenu des intensités exigées, en 5V c'est, à mon avis , jouable sans pB.

Serge .D

yosupra: ah non le irfz44 ou 34 leur gate est en 5v.

je l'utilise actuelemnt avec une radio commande rc pour gerer un moteur en pwm

C'est pas ce que m'ont appris les électroniciens purs qui fréquentent ce forum. Alors effectivement, on trouve plein de montage sur internet avec des IRF qui fonctionnent, mais c'est pas "dans les règles de l'art".

Je peux me tromper, c'est pour ça que je fréquente ce forum, pour en apprendre tout les jours, indique moi où dans la datasheet tu trouves la gate à 5V, j'ai pas vu.

Voila les caractéristiques de sorties du IFRZ44

Serge .D

Capture.PNG

Dans les datasheets les courbes sont, sauf indication contraire, représentatives des valeurs typiques, autrement dit des valeurs moyennes de fabrication. Or je lis (datasheet sérieuse provenant de la société Vishay) que le Vgsthreshold peux évoluer entre 2 et 4V.

Ce qui veut dire que les courbes sont pour un Vgsth de 3V et selon le lot de fabrication cela fonctionnera ou pas. Donc je considère que si on a déjà ce transistor dans le fond du tiroir à riblons on essaye et si cela marche tant mieux, mais que s'il faut l'acheter il faut se tourner vers un transistor estampillé 5V logic level.

Remarque : on ne sait toujours pas si "l'esp8266" déjà approvisionné peut ou pas remplacer la carte arduino. Si c'est le cas je ne connais pas de transistor mosfet estampillé "3,3V logic level". Si quelqu'un en connait merci de donner des références. Avec un ESPxy compatible il faudra passer par un transistor interface.

68tjs: Dans les datasheets les courbes sont, sauf indication contraire, représentatives des valeurs typiques, autrement dit des valeurs moyennes de fabrication. Or je lis (datasheet sérieuse provenant de la société Vishay) que le Vgsthreshold peux évoluer entre 2 et 4V.

...............

Ce qui veut dire que les courbes sont pour un Vgsth de 3V et selon le lot de fabrication cela fonctionnera ou pas. Donc je considère que si on a déjà ce transistor dans le fond du tiroir à riblons on essaye et si cela marche tant mieux,

Exactement, c'est jouable mais pas garanti.

Serge .D

Bonjour,

en espérant que le vds de 20v garantisse suffisamment de robustesse dans le cadre d’une alim de 12v et de charges inductives
le risque c’est de se retrouver avec une inondation et une grosse facture d’eau

(par ailleurs un petit vgs pour un fet canal P sera rarement utile)

il se présente quelques occasions où l'on en a réellement besoin (par exemple pour commander la coupure l'alimentation d'un circuit ou pour réaliser un pont en H)

oui, mais amha uniquement si l'alim de la partie puissance est de très petite tension 3v3, 5v, ce qui est tout de même assez rare

Merci pepe pour les références de Mosfet pouvant fonctionner avec 3,3V en Vgs.

Je n'ai encore eu le temps de regarder en détails mais mon premier (rapide) regard a été sur la tension de claquage Vgs et Vds Comme attendu ces paramètres sont à la baisse

| | VDSmax | VGSmax | | - | - | - | | 5,0V logic | +/-60V | +/- 20V | | 3,3V logic | +/-20V | +/- 8V |

"Comme attendu" pour moi cela signifie que pour avoir le même fonctionnement à 3,3 V qu'à 5V il faut conserver la valeur de champ électrique. Et pour conserver la valeur de champ électrique si la tension baisse il faut diminuer les épaisseur et si on diminue les épaisseur : - le courant max baisse, - les tension de claquage (arc électrique qui se forme à l'intérieur de la puce) diminuent.

Nos sommes d'accord. Autant prévenir de suite pour éviter les mauvaises surprises. Ca va être dur avec la techno 2,5V qui pointe de plus en plus.

Cela devrait par exemple intéresser tous ceux qui souhaitent réaliser des circuits à très basse consommation avec mise en veille fonctionnant sur pile ou sur batterie

c'est vrai, les piles que l'on peut placer dans le mauvais sens, cela m'avait échappé ...

Quote

Une fonction très pratique réalisable à l'aide d'un MOSFET canal P à faible VGS(ON) est la protection contre une inversion de polarité sur la borne d'alimentation positive. La chute de tension peut être beaucoup plus faible que dans le cas d'une protection par diode, même lorsque le courant est important.

Cette fonction m'interpelle :

Dans le cas d'une inversion de polarité, comment se comporte la diode entre drain et source intégrée au MosFET canal P ?

j'avais, il y a quelque temps, voulu vérifier ce comportement dans un montage avec un MosFet canal N inséré entre deux batteries (la 1ere entre + et - devant recharger la deuxiéme entre Vcc et GND)

Le mosfet était bien bloqué pour le sens passant, mais si la tension de la 1ere devenait très inférieure à celle de la 2eme il y avait réinjection par la diode intégrée.

Désolé pour ce Hors-sujet

Serge .D

pepe: ..................

Mais attention, ce montage suppose que le circuit alimenté ne fournit pas d'énergie.

Il n'est donc pas question de l'utiliser pour recharger une batterie intégrée à ce circuit. Dans ce cas de figure, il est nécessaire d'utiliser un montage plus complexe, comme celui ci-dessous (en complément à un circuit de limitation du courant de charge de la batterie).

..................

Merci beaucoup_pepe_.

C'est bien ce que je craignais.

Le montage proposé plus complexe (ou une variante) est sans doute utilisé en sortie des circuits intégrés chargeurs de batterie lithium pour éviter les réinjections vers l'entrée par la batterie destinée à être rechargée.

Serge .D