Aide choix carte arduino et alimentation

Bonjour,
Dans le cadre d’un projet scolaire post bac, je dois construire un graveur laser (sur bois) avec une diode de 445nm de 2W. J’aurais besoin de votre aide pour le choix de l’alimentation de la diode et de la carte de controle …
Voici la diode (avec son driver) :

Le driver fixe le courant d’entrée sur la diode à 1,8A, et le vendeur indique qu’il faut une tension d’entrée sur le driver comprise entre 6V et 9V.
Pour controler l’alimentation de la diode j’aimerais utiliser une carte arduino (qui controlerait l’alimentaion de la diode (0 ou 1), et l’alimentation d’un moteur a courant continue pour faire bouger la diode sur 2 axes). Quelle carte arduino me conseillez vous ? et quel adaptateur sur secteur me conseillez vous egalement pour l’alimentation de la carte ?

Merci d’avance pour votre aide :slight_smile:
0cTeT

Bonjour,
Je vais me mettre tout de suite en mode “mauvais esprit râleur” comme cela ce sera fait.
<début mode raleur>
C’est quoi un driver : un conducteur de voiture, un jockey aux courses de trot attelé, un logiciel ?
</fin mode raleur>

Passons aux chose sérieuse : le circuit de commande de la diode laser.
Il est fort possible qu’il s’agisse d’une source à courant constant mais ce serait mieux si on en avait l’assurance.
As tu un lien vers le produit ?
Avoir sa datasheet est un minimum sans lequel il nous sera difficile de travailler.
Notes que si le circuit de commande supporte la PWM, il sera possible de régler le courant.

et quel adaptateur sur secteur me conseillez vous egalement pour l’alimentation de la carte ?

A ce niveau de courant je pense qu’il serait préférable de parler dune “vraie” alimentation et pour 2A en service continu il faut viser 5A minimum, sans compter les moteurs.

Le choix de l’alim viendra en dernier. Commence par faire le recensement de tes besoins (tension et ampérage) pour les diode + moteurs + autres.

Quelle carte arduino me conseillez vous ?

Je vais répondre légèrement à coté :
Une carte basée sur un Atmega328p devrait suffire.
Le micro offre 20 Entrées/Sorties digitales dont

  • 14 sont purement digitales (0:13)
  • 6 peuvent aussi être utilisées en entrées analogiques (A0:A5).
    Sur ces 6, A4 et A5 servent au bus de communication I2C.
    La liaison série utilise les pins 0 et 1
    Le bus SPI utilise 10 ,11,12,13 (au minimum)

Les cartes “dite arduino” qui utilisent ce micro-contrôleur :

Equipées USB
La UNO, grosse carte surtout utile si tu utilise les cartes d’extention arduino (les fameux Shields → shield de commande de moteurs ?)
Remarque il n’est pas obligatoire d’utiliser un shield pour la commande des moteurs, d’autres cartes existent et elles sont souvent moins chères.
Inconvénients : la connectique n’est pas mécaniquement fiable, les fils ne sont pas maintenus mécaniquement : attention aux vibrations.
Pratique pour le prototypage mais câblage volant style “perchoir à mouche”.

La Nano : c’est une UNO de format réduit et qui peut se piquer sur un circuit imprimé ou une plaquette pastillée. Elle possède 2 entrées uniquement analogiques suplémentaires.
Prototypage facile avec une breadboard.

Sans USB
La mini-pro : avantage sa petite taille mais demande plus de manipulation pour la programmation (absence d’USB).
Possède aussi les 2 entrées analogiques supplémentaires.
Prototypage facile avec une breadboard.

Tu vois qu’à part le choix passe partout de la UNO, qui est effectivement passe partout mais qui n’est pas forcément le plus optimisé, c’est difficile de te donner une référence à ce stade de ta réflexion.

C’est un projet post-bac s’il n’y avait pas besoin de se poser plein de question ce ne serait pas drôle. :grin:

La thermique est effectivement à prendre en compte.
Est aussi à prendre en compte le fait que le cylindre sera immobilisé dans un bras mobile et si ce bras mobile est métallique il fera office de radiateur.

Ce qui est à lire entre les lignes c’est

  • qu’un thermomètre à thermo couple sera le bienvenu pour faire des contrôles.
  • que si le cylindre chauffe il faudra prévoir rapidement un système pour dissiper la chaleur.

Sans wattmètre optique il sera difficile d’estimer une résistance thermique.
Pour les lasers de télécom de quelques dizaines de mW c’est simple on peut négliger la puissance optique mais dans ton cas
P = U laser * I laser = P chaleur + P optique
Sans mesure de la puissance optique impossible de déduire la puissance convertie en chaleur.