Qu'est-ce que la masse ?

Salut à tous ! Suite a une demande, j'ai décidé d'apprendre a me servir d'une arduino avec le tutoriel d'Eskimon (dîtes moi si il est trop dépassé). Et je me suis retrouvé face a ce schéma de breadboard:

"Par convention, le bleu représente la masse et le rouge l’alimentation (+5V, +12V, -5V ...)." D'accord, je sais ce qu'est l'alimentation, mais j'ai décidé de demander votre aide quant à la masse. (Quand on cherche masse et alimentation sur google on ne trouve que des sites de musculation :grin: donc, une explication simple ne serait pas de refus !

Merci d'avance.

Looffreezz

Si le bleu représente la masse, c'est une habitude, pas une obligation. Mais il vaut mieux s'y conformer.

La masse, c'est la référence des tensions, donc la tension 0.
Quand plusieurs éléments fonctionnent ensemble, il faut relier leurs masses. C'est une obligation générale, qui s'applique aussi à Arduino et ses accessoires.

Si tu possèdes un vélo avec une dynamo, tu peux voir qu'un seul fil la relie à l'ampoule du phare. Or on sait qu'une ampoule a besoin de 2 conducteurs. Le second est la carcasse du vélo qui serte de masse.

On peut considérer que la masse est le "retour" de tous les courants concernés par les applications.

Bonjour,
On parle de "tension" ou de "voltage", en réalité on ne sait mesurer que des différences de tension entre deux points. il n'y a pas de référence absolue.
Le vrai terme, qui n'est jamais utilisé, est " Différence de potentiel électrique" ou "ddp".

Ce n'est pas spécifique à l'électricité, c'est la même chose pour la hauteur : on ne sait exprimer que des différence de hauteur. Dire qu'on mesure 1,8m veut simplement dire que le sommet de la tête est 1,8 m plus haut que la plante des pieds.
Idem la référence 0m on dit que c'est le niveau de la mer : c'est juste une convention. Cela aurait pu être le centre de la Terre ou le sommet de l'Evrest.

Origine du terme "Masse" :
Au début des études sur l'électricité les chercheurs utilisaient des gros bloc de cuivre pour créer la référence 0 volt des tensions : une "masse" de cuivre. Le terme est resté par habitude
Les anglo-saxons utilisent le terme "gnd" (ground) qui est une erreur car rien n'impose que la référence des tensions soit au potentiel du sol.

Pourquoi faut-il relier les masses ?
Analogie avec un chauffage central : la chaudière c'est l'alim, les tuyaux sont les fils.
Pour que l'eau circule il faut qu'elle puisse revenir vers la chaudière.
Pour que les électrons circulent il faut qu'ils puissent revenir vers l'alim

Tuto d'Eskimon :
A ce jour c'est ce qui se fait de mieux !
Use et abuse de son utilisation sans restriction, c'est ce qui te donnera les meilleures bases tant en programation qu'en connaissance du matériel. C'est une vraie pépite.

Petit conseil : avance progressivement, une nouveauté à la fois. La méthode des petits pas parait lente mais au final c'est la plus rapide car tu ne fais qu'une nouveauté à la fois et quand cela ne fonctionne pas tu ne pose qu'une seule question.

Bonne continuation

Etre à la masse, c'est être à zéro de tension, sans pouvoir véhiculer le moindre signal de communication.

==> D'où le fait que l'expression peut aussi être appliquée à certaines personnes... :slight_smile:

La masse, c'est un zéro RELATIF, CONVENTIONEL, ARBITRAIRE**, mais BIEN CHOISI pour éviter de se prendre la tête.**

Exemple de RELATIF, CONVENTIONEL, ARBITRAIRE**, mais BIEN CHOISI pour éviter de se prendre la tête.**

  • avec des montages majoritairement constitués de transistors NPN (ou Mos canal N) on met la masse au moins de l'alim parce que c'est plus simple pour nos neurones.

-avec des montages majoritairement constitués de transistors PNP (ou Mos canal P ) on met la masse au plus de l'alim parce que c'est plus simple pour nos neurones.

Mon premier travail professionnel était avec des PNP et la masse au plus : on s'y fait très vite.

==> D'où le fait que l'expression peut aussi être appliquée à certaines personnes... :slight_smile:

+1 :grin:

Bonjour,

juste pour dire qu’en télécommunication (sauf radio), le 0v est au + et à la terre (il ne me semble pas qu’on parle de masse), et le point chaud est à -48v

jamais su pourquoi
ça doit dater de Bell …

jamais su pourquoi
ça doit dater de Bell

Non je ne pense pas que Bell connaissait les tubes.
Aux temps moyenâgeux du téléphone à tube la masse était au plus, je ne sais pas pourquoi, malgré mon age avancé je n'ai jamais connu les tubes :smiley: .
J'ai toujours bossé dans les télécoms et c'est à cause de la masse au plus que mon premier boulot était avec des PNP (alim 24V). D'où une certaine aisance pour utiliser la masse à n'importe quel potentiel.

Avec la généralisation du numérique, les salles de batteries (qui doivent toujours avoir la masse au plus, difficile de tout recâbler) ne servent plus qu'à alimenter des convertisseurs de tension (+/- 12 V, +/- 5V, +/-3,3V, +/-2,5 V ) à isolement galvanique. Ce qui fait qu'on peut mettre la masse utilisateur où on veut.
A noter que dans la très grande majorité des cas dans les télécoms on dispose toujours de tensions symétriques.
Le monde des micro-contrôleurs mono tension est un petit sous ensemble de ce que l'on trouve dans l'industrie.

La masse c'est la ou il y a beaucoup d'anions, et au + c'est la ou il y a beaucoup de cations. Entre les deux il y a différence de potentiel et les électrons circulent à la vitesse d'un escargot, quelques mm par seconde à peine, mais c'est la réaction en cascade qui est très rapide (presque la vitesse de la lumière).

Le cuivre est un bon conducteur parce qu'il a des couches supérieures électroniques dont ces derniers peuvent s'arracher facilement et devenir libres, pour ainsi rejoindre le pole positif, les cations, la ou il y a une déficience d'électrons.

Sur une voiture la carrosserie fait partie de la masse, sur un avion classique le fuselage en aluminium aussi, sur un hydravion par contre la masse n'est pas le fuselage du fait des frottements de l'eau qui créent des charges électro-statiques.

Non je ne pense pas que Bell connaissait les tubes

pas besoin de tube pour téléphoner : une capsule au charbon et une bobine comme récepteur, cela portait sur qques km. Avec de l’électromécanique on pouvait faire des autocommutateurs à batterie centrale, sans tube

EDIT : pour le + à la terre, j'ai une explication wikipédiesque :
"Originally, the potentials on the wires were positive with respect to earth (ground). Telephone companies discovered that with positive voltage on the copper wires, copper wires experienced corrosion due to electrolysis. Operating in reverse, with a negative potential on the wires, the copper is protected from corrosion by cathodic protection."

pour les grandes distances, il a sans doute fallu attendre les tubes :"amplification by a vacuum tube only became practical with Lee De Forest's 1907 invention of the three-terminal "audion" tube, a crude form of what was to become the triode.[11] Being essentially the first electronic amplifier,[12] such tubes were instrumental in long-distance telephony (such as the first coast-to-coast telephone line in the US)"

pas besoin de tube pour téléphoner : une capsule au charbon et une bobine comme récepteur, cela portait sur qques km.

Un à cette époque on utilisait des dynamos il n’y avait pas de salle de batterie, deux ce temps n’a pas duré longtemps il a vite fallut amplifier dès que les distances augmentaient.

Avec de l’électromécanique on pouvait faire des autocommutateurs à batterie centrale, sans tube

Normal puisque l’auto commutateur n’a rien à voir avec le transport des signaux.
L’autocommutateur mécanique exploitait des impulsions continue de 48V dites impulsions de signalisation (numéro à appeler, tarification, etc ) et ne faisait qu’actionner des relais.
Ces informations étaient contenue dans le flux de conversation sous la forme de fréquences particulières.
Une carte électronique, extérieure à l’auto commutateur était chargé d’amplifier le signal et de séparer ces fréquences du flux de conversation et de les transformer en impulsion de 48 V
Une fois que l’autocommutateur avait fait son travail il transmettait les nouvelles informations de signalisation toujours sous forme d’impulsion 48 V à une carte extérieure qui les multiplexait avec la conversation et envoyait le tout sur le réseau.
Il n’y avait pas d’électronique dans les auto-commutateurs mécaniques, elle n’est apparu que dans les années 70 en labo et 74/75 en production. Mais à cette époque c’était avec des transistors.